Dankwoord van Marcel van der Voort, mede namens Lucien, bij gelegenheid van de opening van de expositie in Musée Saint-Gaudens van werk van Sjef van der Voort, gemaakt in de eerste maanden van de oorlog, mei -augustus 1940.

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus, ainsi que tous ceux qui par leur présence temoignent de leur amour de l’art et de la culture,

 

Sjef van der Voort, notre père, se trouve à Saint-Gaudens pour la quatrième fois. La première fois, c’était en mil neuf cent trente-sept, jeune homme encore, lorsque ses vagabondages l’y ont amené par hasard. Je ne sais pas combien de temps il est resté ici. Ce que je sais, c’est qu’en partant il y a laissé son cœur.

 

En mil neuf cent quarante il y est revenu, dans des circonstances totalement différentes. Il voulait échapper à la guerre, en compagnie de son frère et d’un nombre d’amis. Mais les Allemands ont contrecarré leur projet de passer en Angleterre. C’était sans doute mon père qui a dirigé ses amis vers Saint-Gaudens. Pour quelques mois ils y ont trouvé un havre de paix dans un baraquement, non localisé jusqu’ici. C’était la guerre, il était loin de chez lui, dans des conditions peu idéales, mais cette période a tout de même été heureuse pour lui. En témoignent les multiples aquarelles et dessins qu’il a faits dans cette période. Je n’ai jamais compris comment il ait pu remporter toutes ces œuvres d’art au moment d’être rapatrié par la Croix Rouge en août mil neuf cent quarante.

 

Toute sa vie il a regretté Saint-Gaudens. En mil neuf cent quatre-vingt-un il a enfin pu céder à cette nostalgie. Avec notre mère, il est revenu à Saint-Gaudens, pour essayer lors de cette troisième visite de retrouver ses propres traces. Il n’y a réussi que partiellement, car à Saint-Gaudens comme partout ailleurs, le temps ne s’était pas arrêté. Mais une fois rentré chez lui, il a donné libre cours à son amour pour Saint-Gaudens en faisant quelques beaux tableaux à huile. Oui, même jusqu’à une année avant sa mort en mil neuf cent quatre-vingt-dix, il a élaboré le thème de Saint-Gaudens dans de magnifiques aquarelles. Comme cette belle ville au pied des Pyrénées imposantes a marqué notre père !

 

Et voilà que notre père se retrouve pour la quatrième fois à Saint-Gaudens, sous forme de son héritage artistique. Cela, il n’aurait jamais osé l’imaginer. Il en aurait été tellement fier et heureux, j’en suis convaincu. Mon frère Lucien et moi, nous ne sommes pas moins fiers et heureux de cet hommage posthume. Pour nous, il est extraordinaire de revoir son œuvre au musée qu’il a encore dessiné en mil neuf cent quatre-vingt-un. Bien sûr il n’a jamais su que trente-huit ans plus tard ce même musée consacrerait une exposition à son œuvre. Pour nous, c’est une idée très touchante.

 

Mon frère et moi, nous tenons à remercier du plus profond de nos cœurs tous ceux qui ont permis cette exposition : Monsieur le maire Jean-Yves Duclos ; délégué à la culture et adjoint au maire: monsieur Jean-Luc Souyri, tout le personnel du Musée qui a installé l'exposition, et particulièrement madame Françoise Lassère, avec qui j’ai eu les premiers contacts, contacts devenus de plus en plus intensifs et fréquents par la suite; elle a été non moins importante dans l'élaboration française de la petite biographie de notre père. Je salue également madame Marie-Laure Pellan de m’avoir reçu si cordialement en février quand je suis venu apporter les œuvres d’art. Elle a également fait beaucoup de travail  en coulisse pour la réalisation de cette exposition.

 

Pour exprimer notre reconnaissance mon frère et moi aimerions offrir une œuvre de notre père au Musée de Saint-Gaudens pour sa collection. Nous espérons que vous voudrez accepter la peinture à huile ‘Rue des Fleurs’ comme souvenir permanent de cette exposition si spéciale.

 

Mesdames et messieurs, je vous remercie de votre attention. J’espère que ma prononciation du français n’a pas trop torturé vos oreilles. Je vous souhaite une agréable visite de l’exposition de notre père.

Van links naar rechts: Marcel en Lucien van der Voort bieden wethouder Jean-Luc Souyri en burgemeester Jean-Yves Duclos het olieverfschilderij 'Rue des Fleurs' aan voor de collectie van het Musée de Saint-Gaudens.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now